Ils l’ont fait exprès ?

Publié: 30 janvier 2015 dans FAÇON PUZZLE

Chacun est Charlie comme il peut…

beauf CGT

Lib JSC 11:01:15

CambJ’invite à aller voir dans la presse les « justificatifs » fournis par Cambadélis (le « diplômé-condamné »), titulaire d’un doctorat de troisième cycle en sociologie (Cela en dit long car comme rassemblement de faux-culs glandeurs bobos, la discipline dont nombre de recherches sont autant biaisées idéologiquement que stériles socialement se distingue à de rares exceptions près !).

Son parcours universitaire a commencé par une « dispense de maîtrise » au vu de « compétences acquises » (Lesquelles, où, comment, validées par qui ? Il semble que l’appartenance à un groupuscule trotskyste – l’OCI – et le contrôle (rémunérateur) de l’UNEF donnent de mystérieuses « compétences» autres que l’art du noyautage et de l’arrivisme).

J’ajoute que ma confiance en l’Université s’est quelque peu dégradée depuis que j’ai vu avec quelle complaisance elle donne des DESS à des gens qui n’ont pas passé les étapes (périlleuses) de l’enseignement supérieur et acquis les connaissances ainsi que les compétences qui en découlent et qui, finalement, pour la plupart, achètent leur diplôme, sans avoir fourni le travail de recherche, d’analyse, de synthèse et d’écriture correspondant.

Pour finir, on apprend que tout en militant très activement, il a écrit sa thèse en 1 an seulement !

Il est docteur, soit, mais du genre Knock.

Douche froide

Publié: 4 septembre 2014 dans FAÇON PUZZLE
Tags:

1ice buc

 

Je ne ferais certes pas de Ségolène Royal ni de Valérie Trierweiller des saintes martyre de la libido de François Hollande, mais quand on est à une fonction publique et/ou élective, on ne se met pas dans la situation d’être tenu par les c..

C’est de l’inconscience et de l’inconséquence, et un manque de respect – voire une trahison – envers la fonction et  ceux qui vous y ont placé.

Et voilà ce qu’en dit la France (Gall)

Manoél Valls à la barre

Publié: 29 août 2014 dans FAÇON PUZZLE

arnaud-montebourg-manuel-valls-1364851-616x380

Ce qu’a joué Montebourg (Et le terme de « jouer » n’est pas hors de propos puisqu’il a déclaré dans son discours d’adieu au Ministère : « Il faut savoir quitter la scène quand on ne sait pas jouer plus longtemps la comédie », (Quel mépris pour le service de l’État !), et avec lui les « frondeurs » (ou les agités du bocal Palais-Bourbon), c’est la politique du pire. Ce que joue Valls, c’est celle du souhaitable (à défaut du possible. Comme disait Jaurès, « il faut tendre vers l’idéal en tenant compte du réel ».)

On verra si, au prochain congrès du PS, la ligne Valls reste minoritaire et donc si le PS ne fait toujours pas, à la suite de Valls, enfin son Bad Godesberg (1959, soit il y a quand même 55 ans !), ce qui serait d’ailleurs très étonnant car on sait que les Congrès du PS se gagnent avec la formule « Plus à gauche que moi tu meurs ». Cela n’empêche pas d’ailleurs de déclarer ensuite n’importe quoi sur la courbe du chômage ou dans un meeting électoral comme celui du Bourget. (Avec la présence de trotskystes aux élections présidentielles, ce «non aggiornamento» des socialistes français est un des « fleurons » de l’exception politico-culturelle française).

Donc de plus en plus isolés dans l’opinion, voyant ses bases locales s’effondrer (Car le PS n’est plus, depuis environ 1986, qu’un club d’élus et de gens qui travaillent pour les élus (tous cooptés), certains candidats du PS se disent qu’il y aura toujours des gens (des bobos et soixante-huitards attardés qui se donnent bonne conscience en votant à gauche et en s’affichant tels quels sur les questions sociétales, ou des victimes de la crise qui croient encore aux lendemains qui chantent) pour voter pour eux et accepter – la conscience tranquille et l’estomac plein de couleuvres – de jouer les porteurs d’eau en votant socialiste. (C’est être naïf, mais tout de même moins immature que de voter pour les sectes d’extrême gauche ou écologistes).

2013-04-02-affiche-avenir-pas-rose

Et il restera bien quelques apparatchiks du PC ou des arrivistes qui se parent de l’écologie, pour monnayer quelques voix en échange d’un mandat local.

Si l’on combine cela avec la proportionnelle et la division de la Droite + la montée du Front National, certains ont en effet leur chance. Ils seront dans la minorité, mais c’est une place assez confortable car on n’a à répondre de rien devant ses électeurs. (Il y a certes des exceptions et des élus minoritaires qui travaillent, et c’est tout à leur honneur, mais ils sont, si j’ose dire, une minorité dans la minorité).

 Il existe maintenant en France une vaste majorité silencieuse de centre gauche – centre droit qui est revenu des utopies liées à l’économie dirigée et qui considère en gros que ce sont les entreprises qui créent des emplois, qu’il est normal de faire du profit quand on prend des risques et que l’on investit, de laisser donc les entreprises le faire sans les assommer d’impôts, de charges, de normes et de paperasserie.

Sur cette base économique (i.e. la production de richesses, et donc d’emplois), le rôle de l’État, outre ses fonctions régaliennes et le service public, est de s’assurer que travail ne rime pas avec exploitation (i.e. le partage équitable des richesses, à savoir donc aussi la solidarité, qu’il ne faut pas confondre avec assistanat), mais aussi que le fait que certains travaillent ne doit pas devenir un frein, avec la pression des acquis sociaux (Dont certains datent d’un autre âge et n’ont plus rien à voir avec la réalité des emplois), à ce que d’autres puissent également accéder à l’emploi (Par exemple en supprimant les 35 heures – ça fait hurler, je sais, mais j’assume d’autant plus que dans mon dernier emploi, j’était payé 35, mais en faisait 50, voire plus -, en renégociant branche par branche, voire même entreprise par entreprise) en supprimant le seuil d’effectif, les CDI, en revoyant complètement (après publication de cette étude tellement explosive qu’on n’a pas osé la sortir) le système de représentation des syndicats (On le sait, en France, les syndicats sont à l’évidence peu représentatifs : moins de 8% des salariés appartiennent à un syndicat, essentiellement dans le secteur public ; le taux de syndicalisation tombe à moins de 2% dans le privé. Mais il existe des règles officielles de représentativité qui permettent à des minorités, qui font du maximalisme, de gérer une véritable rente de situation quitte à couler l’entreprise (cf. la SNCM, la SNCF (dont le sport favori est de gâcher les vacances d’autres salariés), les dockers de Marseille (véritable maffia népotiste et héréditaire) …Pourquoi croyez-vous que la CGT (« bras armé » d’un PCF qui se réclame toujours d’un système dont les régimes communistes ont montré l’horreur et la faillite) est contre les déclarations de Valls et de Macron).

Mais je le répète, tout ceci n’intéresse pas ces élus du peuple (Quel peuple au fait ? Celui qui regarde les débilités de la télé-réalité sur des écrans plats achetés avec l’allocation de rentrée scolaire, paye des smartphones à des gosses de 10 ans, claque son fric – y compris des aides sociales – dans les jeux à gratter ou des numéros surtaxés ?).

Ce qui intéresse ces rentiers-cumulards de la politique, c’est de durer en la jouant à gauche et en essayant de ratisser large en se montrant en pointe sur les questions sociétales (ce dernier point correspond à la stratégie qu’avait adopté Georges Bush pour gagner, sauf qu’il faut inverser les pôles), et en faisant de l’œil aux immigrés (ex. les positions sur la Palestine, preuve d’une compassion bien sélective car on attend encore que ces « droits de l’hommistes » et les humoristes communautaristes protestent contre les atrocités commises par ce nouvel et pseudo « État islamiste »).

Donc en effet, après eux, le déluge et peu importe que le bateau coule du moment qu’ils aient leur place dans le canot de sauvetage et une brassière. Mais en la matière, il risque d’y avoir pénurie, et les femmes et les enfants du peuple, y compris celles et ceux du « peuple de gauche », ne passeront pas d’abord.

 

Blog:nterm

Image  —  Publié: 18 juillet 2014 dans FAÇON PUZZLE
Tags:

 

RiposteJe signale que le terme de « génocide sioniste » – que pour ma part je trouve ignoble – a été employé par le Hamas et largement diffusé, sans autre commentaire, par les médias français.

Image  —  Publié: 12 juillet 2014 dans FAÇON PUZZLE
Tags:

Dieudonne-voit-en-Gueant-son-attache-de-presse_mainstory2Il est un peu trop réducteur de ne s’en prendre qu’à la sinistre personne du seul Dieudonné (Tu parles d’un cadeau !). Celui-ci fait comme des stratèges du marketing, des groupes ou des hommes politiques, et d’autres humoristes. Il semble d’ailleurs qu’en France, l’humour tel que pratiqué par les amuseurs faisant de la « stand up » ou les chroniqueurs des différentes émissions type Ruquier, Petit journal de Canal +, etc.) consiste de plus en plus à insulter les gens et/ou à dire des grossièretés et plus généralement à enfoncer les portes ouvertes du politiquement correct ou de la vulgarité).

Bref, tous visent un cœur de cible, c’est à dire un groupe homogène rassemblé autour de quelques idées simples (ou plutôt simplistes) et dont on flatte l’égo ou le cerveau primaire. Cela fonctionne très bien. C’est facile et rentable (on apprend que Dieudonné à probablement organisé son insolvabilité en transférant de l’argent au Cameroun où je doute fort qu’il serve à aider au développement du pays).

Or, mutatis mutandis, c’est exactement comme ceux qui pensent que Hitler, Staline, Mao ou Pétain étaient seuls responsables des massacres ou des exactions perpétrés à leur instigation, de par l’idéologie qu’ils répandaient ou les pouvoirs qu’ils détenaient. Or bien évidemment, aucun de ces dictateurs ne se chargeait lui-même des sales besognes, en faisant la tournée des camps de concentration, des goulags aux fin fonds de la Sibérie, des camps de rééducation ou en dénonçant et en traquant les juifs ou les résistants de l’hexagone.

Il a bien fallu des exécutants (et beaucoup d’exécutants) pour « simplement suivre les ordres ». Il n’y a qu’a voir les bandes d’actualités montrant les foules immenses, de tous âges et de toutes conditions) acclamant le Führer pour se convaincre de la quasi unanime adhésion du peuple allemand à ce régime ubuesque et délétère.den15_nuremberg_001f

La recherche historique a montré que la Wehrmacht a largement contribué aux atrocités commises sous Hitler). Et en ex-Union Soviétique, les nostalgiques de Staline sont nombreux, et l’immense portrait de Mao, responsable de famines qui ont tué des millions de Chinois,  trône toujours Place Tian’anmen.

Petain_Nancy44En France, les foules acclamaient Pétain, la haute fonction publique, le Patronat (En recevant ses représentants après la Libération, de Gaule aurait dit « Je n’ai pas vu beaucoup d’entre vous à Londres messieurs »), la Magistrature, la Police, la Gendarmerie, etc. ont largement participé à la politique de collaboration et notamment à l’exécution de la législation antisémite et la traque et l’élimination physique, après torture, des résistants.

Certes, il y a eu des exceptions, mais pour citer Audiard qui fait dire à Jean Gabin dans le passage culte du fil « Le Président » : « Il y a aussi des poissons volants, mais ils ne constituent pas la majorité du genre ».

Donc, si Dieudonné est ce qu’il est, c’est qu’il a du public, et un large public, qui semble donc avoir comme dénominateur commun l’antisémitisme.

J’ai déjà dans ces colonnes largement dénoncé cette escroquerie – pardon, cette infamie – intellectuelle qu’est la confusion intentionnelle ou inconsciente antisionisme/antisémitisme.

Mais d’où vient ce nouveau terreau propice à nourrir cette « Bête infâme » qui ne meurt jamais ? Et bien notamment de l’idéologie largement répandue non seulement dans l’extrême droite (Cela, ce n’est pas nouveau et c’est, si j’ose dire, dans sa nature), mais aussi, et ce depuis longtemps, de l’extrême gauche et même d’une bonne partie de la gauche « normale ».

ici-aux-cote-de-l-ex-president-iranien-dieudonneSous couvert de défense de la « cause palestinienne », qui a viré pour beaucoup à la monomanie, on a largement répandu et développé, dans toutes les couches de la population, toutes catégories sociales confondues,  un antisémitisme portant le masque complaisant de l’antisionisme. Le fils d’amis « de gauche », gentil garçon, dont je m’étonnais – non sans quelque malice je l’avoue – qu’il porte parfois un keffieh façon Arafat (qui n’a pas été empoisonné, mais a planqué en Suisse les sommes énormes détournées de l’aide aux Palestiniens et dont sa veuve doit bien, peu ou prou, profiter), a récemment qualifié lors d’une discussion qui s’en suivit, carrément de « génocide » la politique israélienne envers les Palestiniens. Il est étudiant, ceci explique peut-être cela, les jeunes étudiants idéalistes (et naïfs), c’est de leur âge, étant un cœur de cible privilégié de la propagande de l’extrême gauche.

(On attend encore les prises de positions de cette grande gueule de Mélenchon, qui pourtant a un avis sur tout,  ou bien  du penseur des cités Djamel Debbouze,sur cette question.)

Or, en conjuguant le fait qu’une bonne partie de la gauche, y compris des membres du Parti socialiste, de concert avec le Parti communiste (discutez donc avec un déporté « politique » – i.e. dans de nombreux cas communiste – de ce qu’il pense de la place faite aux juifs dans l’histoire de la Déportation) et les trotskistes (Ce qui doit faire retourner leur mentor, alias Lev Davidovitch Bronstein – qui a ordonné, du temps de sa splendeur notamment durant la guerre civile russe, une bonne dose d’atrocités – dans sa tombe mexicaine) avec la haine des juifs fort répandue depuis toujours dans le monde musulman (Et oui, les noirs comme Dieudonné, mais aussi les arabes peuvent aussi être racistes, ce sont des hommes comme les autres. J’ajoute que ce n’est pas parce que l’on cohabite, comme dans l’ancienne Alexandrie ou l’ancienne Andalousie, que l’on s’aime ou que l’on se respecte.images Et j’invite d’ailleurs à regarder de plus près la position des dirigeants musulmans à l’égard de l’Allemagne nazie), on se retrouve dans notre beau pays de France avec le phénomène Dieudonné, en ajoutant à la sauce, et ce n’est pas son moindre ingrédient, le « droit à la différence » et le fait que la gauche – jouant en cela à l’apprenti sorcier – a choisi les minorités comme cœur de cible électorale. Elle va le payer très cher (et le pays aussi hélas).

Évidemment, cela a du mal à s’intégrer dans le schéma classique d’une vision angélique de ces pauvres banlieues peuplées d’ « exclus » présumés innocents de tout (ou plutôt responsables de rien) victimes du racisme des Français (d’origine européenne). Or la « littérature » et la vulgate antisémites circule largement dans les cités, sur les blogs et si l’on faisait un micro trottoir en caméra cachée sur la question auprès des jeunes des cités, on n’oserait pas le diffuser à l’antenne tant les réponses seraient révélatrices du sentiment général. (J’ai une amie d’origine tunisienne qui m’a dit avoir été totalement horrifiée parce que les jeunes maghrébins de sa cité – qui est loin d’être la plus « sensible » de la région – disent sur les juifs.). iran_nazis
C’est d’ailleurs, là-aussi mutatis mutandis, le reflet de ce que l’on trouve dans nombre de pays arabes où ce type d’ouvrage se trouve dans la devanture des librairies, et il ne faut donc pas s’étonner que la gestuelle nazie se retrouve dans les groupes terroristes pratiquant le djihad.

Dans leur immense majorité, les Arabes méprisent les noirs (Ils ont d’ailleurs largement contribué depuis toujours, et contribuent encore, à leur mise en esclavage (L’histoire de l’esclavage mérite de dépasser certaines idées reçues, ce qui certes n’enlève rien à la culpabilité de ses auteurs européens à l’époque, mais n’en impose aucune à leurs descendants qui n’ont donc pas à se repentir, l’histoire de l’Occident ne se résumant pas à l’esclavage et à l’holocauste), et les noirs détestent les Arabes, ce qui n’est pas étonnant, compte tenu des circonstances ci-dessus évoquées.

Soudain, par les mystères des choix médiatiques, entre la courbe du chômage, les dangers du ski hors piste, les intempéries, le phénomène Dieudonné émerge tel une île volcanique dans le Pacifique. Or comme dit précédemment, un volcan ne se développe que grâce à la poche de lave en fusion qui l’alimente (et dans le cas de Dieudonné, la notion d’ « alimentaire » est doublement justifiée).

En interdisant ses spectacles, en le condamnant pour blanchiment d’argent, on fera certes « passer la loi » (et c’est loin d’être négligeable en l’occurrence), mais on ne fera que casser un thermomètre.

Et les thermomètres, on sait où cela fonctionne.

Citoyenneté

Publié: 23 novembre 2013 dans FAÇON PUZZLE

jfk-inaugural-address John Fitzgerald Kennedy est devenu un mythe et en tant que tel, il peut prêter à toutes sortes d’appréciations, et donc d’exagérations, pour le pire et pour le meilleur.

Pour celles et ceux des génération en âge de ressentir l’émotion qui a suivi son assassinat, c’est un temps fort de leur histoire personnelle.

Pour ma modeste part, je  retiendrais surtout la phrase qu’il a prononcée lors de son discours inaugural, le 20 janvier 1961 :

« Ne demandez pas ce que le pays peut faire pour vous. Demandez ce que vous pouvez faire pour votre pays ».

C’est en quelque sorte toute la question des droits et des devoirs.

En plus de la devise de la République, ceci devrait être écrit sur la Carte Nationale d’Identité.

 

lautner03Par ses films,Georges Lautner a donné plus de bonheur à des générations successives que d’aucuns prometteurs de grands soirs. Si l’on de demande ce qui constitue l’ « identité française », et bien, en, voilà un exemple, dans la lignée des François Villon, Rabelais, La Fontaine, Molière, Hugo et autres incontournables du Lagarde & Michard. Notre culture, c’est notre identité et qui ne la porte pas dans ses veines, qui ne peut s’en réclamer, la citer, (voire même la réciter), quels que soient son lieu de naissance et la couleur de sa peau, reste un citoyen administratif.

Les dialogues de ses films, souvent écrits par Audiard, et malgré leur « manque de prétention » (ce qui n’empêche pas l’humour, bien au contraire), étaient imprégnés de cette culture qui apparaissait aux moments les plus inattendus. Par exemple quand le Commandant Dromard cite longuement Victor Hugo alors des plongeurs des service secrets français vont affronter l’ennemi au large de Bonifacio :

Leur bouche, d’un seul cri dit « Vive l’empereur ! »
Puis, à pas lents, musique en tête, sans fureur,
Tranquille, souriant à la mitraille anglaise,
La garde impériale entra dans la fournaise

Même chose dans l’oraison funèbre du « Monocle rit jaune », et qui est ici, hélas, de circonstance.