Tonton Lautner est au paradis des flingueurs

Publié: 23 novembre 2013 dans FAÇON PUZZLE
Tags:,

lautner03Par ses films,Georges Lautner a donné plus de bonheur à des générations successives que d’aucuns prometteurs de grands soirs. Si l’on de demande ce qui constitue l’ « identité française », et bien, en, voilà un exemple, dans la lignée des François Villon, Rabelais, La Fontaine, Molière, Hugo et autres incontournables du Lagarde & Michard. Notre culture, c’est notre identité et qui ne la porte pas dans ses veines, qui ne peut s’en réclamer, la citer, (voire même la réciter), quels que soient son lieu de naissance et la couleur de sa peau, reste un citoyen administratif.

Les dialogues de ses films, souvent écrits par Audiard, et malgré leur « manque de prétention » (ce qui n’empêche pas l’humour, bien au contraire), étaient imprégnés de cette culture qui apparaissait aux moments les plus inattendus. Par exemple quand le Commandant Dromard cite longuement Victor Hugo alors des plongeurs des service secrets français vont affronter l’ennemi au large de Bonifacio :

Leur bouche, d’un seul cri dit « Vive l’empereur ! »
Puis, à pas lents, musique en tête, sans fureur,
Tranquille, souriant à la mitraille anglaise,
La garde impériale entra dans la fournaise

Même chose dans l’oraison funèbre du « Monocle rit jaune », et qui est ici, hélas, de circonstance.

Publicités
commentaires
  1. Là où il est, restera-t-il un peu de ce breuvage brutal au goût de pomme ?

    • En référence à l’histoire du péché originel, il serait étrange qu’il n’y ait pas de pommier au paradis, même s’il faut reconnaître que le « brutal », c’est plutôt « une boisson d’homme », bien qu’une certaine Polonaise en prenait pour son petit déjeuner.

    • Patrick Walz dit :

      Oui… Il y en a aussi…!

  2. Claudio dit :

    L’hommage est aussi court que bon. Je redoute ce qui va circuler dans la journée. J’ai tout pris ici et ça me suffit. Merci pour la video cher Commandant, qui, s’y l’on n’y prend garde vous scotcherait longtemps devant l’écran.
    Je signe : un qui aurait pu n’être qu’un citoyten administratif bienheureux d’avoir fait quelques efforts. Merci encore.

    • Merci et d’accord avec toi. Espérons que les hommages, pour une fois, seront à la hauteur du personnage pour lequel on pourrait appliquer ce que Blier dit de Gabin dans « Le Cave se rebiffe » : « Un mec légendaire quoi. Les gens de sa partie l’appellent le Dabe et enlèvent leur chapeau rien qu’en entendant son blaze. Une épée, quoi ! »

  3. Patrick Walz dit :

    Tout comme Lulu la nantaise, nous sommes tous un peu orphelin aujourd’hui…!

    • Oui, en effet. Comme disait Flaubert, « l’homme n’est rien, l’œuvre est tout ». Tous les personnages des films de Lautner, Lulu la Nantaise, M’sieur Fernand, Léonard Michalon et son épouse Eglantine, alias Amaranthe, le Mexicain, le Monocle, les frères Volfoni, Maître Folace, Poussin et les multiples compositions de Robert Dalban, Eusebio Cafarelli (« Le Chanoine »), Hans Müller (« le bon docteur »), etc. etc. sont sinon immortels, du moins vivants dans notre mémoire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s